Bem-vindo à página oficial da Assembleia da República

Nota de apoio à navegação

Nesta página encontra 2 elementos auxiliares de navegação: motor de busca (tecla de atalho 1) | Saltar para o conteúdo (tecla de atalho 2)
 
Groupes parlementaires d’amitié

 

Les groupes parlementaires d’amitié (GPA) jouent un rôle central dans les relations internationales, dans l’ensemble des activités de l’Assemblée de la République, notamment en ce qui concerne le développement de la diplomatie parlementaire.

Les groupes parlementaires d’amitié sont des organismes de l’Assemblée de la République, dédiés au dialogue et à la coopération avec les parlements des pays amis du Portugal. Ils ont pour objet:

• les échanges généraux de connaissances et d’expériences;
• l’étude des relations bilatérales et de leur encadrement au sein des alliances et des institutions auxquelles participent
  les deux États;
• la diffusion et la promotion des intérêts et des objectifs communs, dans les domaines politique, économique, social
  et culturel;
• les échanges d’informations et les consultations mutuelles en vue de l’éventuelle coordination de positions au sein
  d’organismes internationaux de nature interparlementaire, sans préjudice de la pleine autonomie de chaque groupe
  national;
• la réflexion conjointe sur des problèmes concernant les deux États et leurs ressortissants et la recherche de solutions
  qui relèvent de la compétence législative de chacun;
• la mise en valeur du rôle, historique et actuel, des communautés émigrées des deux États, lorsqu’elles existent.

Les GPA sont composés de députés en nombre variable (entre 7 et 12 membres). Plusieurs partis politiques y sont représentés, de manière à refléter la composition de l’Assemblée de la République. Aucun de leurs membres ne peut appartenir à plus de 3 groupes d’amitié.

Les premiers groupes parlementaires d’amitié ont été créés conformément aux dispositions de la Délibération nº 4-PL/90, du 20 juin 1990.

Le développement continu des GPA a exigé une réglementation plus précise, adoptée sous la IXe législature, par la mise en place de nouvelles règles, prévues par la Résolution nº 6/2003, du 24 janvier 2003, appliquant aux GPA, par analogie, le régime de fonctionnement des commissions parlementaires spécialisées permanentes. Ces nouvelles règles ont non seulement permis de dignifier les groupes d’amitié, mais elles ont aussi contribué à imprimer une plus grande efficacité à leur fonctionnement.


Création des groupes parlementaires d’amitié (GPA)

Les GPA avec des parlements d’autres pays sont créés à l’initiative du Président de l’Assemblée de la République ou d’un groupe de députés. Ils sont formellement constitués après la publication de l’agrément du Président au Journal de l’Assemblée de la République.

Il y a deux conditions essentielles préalables à leur création:

• l’existence de relations diplomatiques avec le Portugal;
• l’élection libre des parlements des pays étrangers.

Avant de prendre sa décision, le Président de l’Assemblée de la République demande à la Commission des Affaires étrangères d’élaborer un rapport sur la viabilité du groupe proposé. La création de ce dernier est ensuite publiée au Journal de l’Assemblée de la République, afin qu’il puisse être investi de ses fonctions.

Lorsque toutes ces formalités ont été accomplies, le groupe élit ses organes de direction qui comprennent un président, un vice-président et un secrétaire.


L’activité des groupes d’amitié

Les GPA doivent élaborer un programme d’activités annuel et le soumettre au Président de l’Assemblée de la République pour approbation.

L’activité des GPA comprend des échanges d’informations réguliers et l’analyse de questions présentant un intérêt commun, notamment dans les domaines politique, culturel, social et économique.

Les visites au pays du groupe homologue et les visites de celui-ci au Portugal font également partie des missions des GPA.


Coordination administrative et financière

La Division des Relations internationales fournit aux groupes parlementaires d’amitié l’assistance technique et administrative dont ils ont besoin.

Le budget annuel de l’Assemblée de la République prévoit une dotation budgétaire pour l’activité des GPA.